Accueil / Actualités
Partager

Une Histoire d'Amour Impossible

"À force de chercher à aimer, on finit par se perdre. " Cette histoire est une histoire vraie, qui a chamboulée toute ma vie, dans tous les sens. Une fille superbe, joviale, capricieuse, unique dans son genre, son sens de l’humour, sa manière, qui fait de lui une fille spéciale. Des fois bizarres et qui aime les gars sensuels.

Gamestart Corporation

La vie elle la seule chose qui définit notre destinée et qui est pleine de surprises, il faut s’attendre à tout car c’est la vie.

Cette histoire est une histoire vraie, qui a chamboulée toute ma vie, dans tous les sens. Une fille superbe, joviale, capricieuse, unique dans son genre, son sens de l’humour, sa manière, qui fait de lui une fille spéciale. Des fois bizarres et qui aime les gars sensuels. Elle a su faire palpiter mon cœur à une vitesse que même ‘’Usain Bolt’’ ne pourra pas battre ce record. On était tellement accroché qu’on n’avait même pas vu le temps passé.  Tous nos temps à écrire et à parler au téléphone. De cet amour j’ai beaucoup appris, des sensations, des moments de joie et de tristesse, comme on le dit souvent : ‘’à force de chercher à aimer on finit par se perdre’’. On le sait tous il y’a des hauts et des bas, dans la vie on doit faire face à tout ça. Je me voyais, lui et moi ensembles pour la vie. Elle a entrée dans ma vie sans permission et a repartie sans explication valable, mais je ne savais pas que je courais à ma perte. C’est à ce moment-là que je me souviens qu’on me disait de me méfier lorsque l’on parlait d’amour, je l’ai pas fait. Je me sentais bien quand j’étais en sa présence. Finalement mon cœur est brisé et tous ce que j’espérais est impossible. Quand j’essaye de faire le vide, le passé refait surface. J’avais fait beaucoup d’effort mais elle ne le voyait pas. Je ne l’avais pas considéré comme ma copine mais comme mon double.  Quand tu penses que tu as tout et que tu te sentais épanoui par ces dires, Il n’y avait que lui et moi, aujourd’hui c’est fini. L’amour fait mal parfois mais je ne s’aurais pas faire semblant. Je garde l’amour que je porte pour elle dans des images. Je crois quand deux personnes s’aime on est pareils quand c’est le cœur qui parle. Je lui avais permis de retrouver son sourire, quand son petit copain l’avait négligé. Ce que je sais maintenant, je sais qu’elle va crier sur tous les toits … qu’elle ment ‘’li te vle’m mennen’l, poutan li te pè swiv mwen’’. J’avais un cœur et beaucoup d’amour à donner. Je vous donne un conseil les gars :  ‘’Quand vous trouvez le bonheur avec une fille qui t’aime et que tu aimes aussi, fais-en sorte qu’elle reste parce que ça blesse’’.

 

Les personnages de cette histoire, Chachou, Sanou. Tout a commencé sur une demande d’une chanson titré ‘’let me love you de Justin Bieber’’ qui va changer ma vie le 24 juillet 2018.

 

Chachou : Bonsoir

Sanou : Salut

Chachou : Ça va ?

Chachou : ça va et toi ?

Sanou : Ça va, je t’écris juste pour te de demander quelque chose.

Chachou : Quoi ?

Sanou : Je veux que tu télécharges une chanson pour moi.

Chachou : Quel est le titre ?

Sanou : Connais pas vraiment le titre de la musique, benh je t’envoie une partie de la vidéo, tu la regarde et tu choisis une phrase qui est répétée.

Chachou : D’accord j’attends la vidéo.

Sanou : Je vais l’envoyer.

Après avoir regardé la vidéo, je lui réponds

Chachou : La chanson est de Justin Bieber et le titre est let me love you. Je te l‘envoie demain promis.

Sanou : moi le plus souvent quand j’ai promis à quelqu’un quelque chose, c’est parce que je n’ai pas l’intention de le faire, juste pour le donner de l’espoir que je vais le faire, j’espère que tu n’es pas comme moi ?

Chachou : Je ne suis pas comme toi. Pas de problème Promis.

Sanou : Bonne nuit à demain.

Chachou : Bonne nuit à toi aussi.

Le même soir j’ai téléchargé la chanson pour elle et je l’ai envoyée le lendemain de très tôt.

Elle m’a répondue.

Sanou : Merci

Chachou : tu vois je ne suis pas comme toi. Je tiens toujours mes promesses.

Boom c’est là que tout a commencé, on passait des jours et des nuits à s’écrire sans jamais se lasser. Mais, dès le début pour moi, on s’écrivait comme si de rien était et je n’étais pas encore intéresser à elle. Après quelques jours elle m’a dit.

Sanou : Grace à toi j’ai le sourire sur mes lèvres.

Chachou : Vraiment ?

Sanou : oui

En même temps j’ai pris un prétexte que son nom est trop difficile pour moi et elle m’a dit c’est bien simple tu peux l’apprendre en quelques minutes.

Sanou : juste bien simple tu mets Angelita-Saïcheca Pierre à chaque texto.

Chachou : Pour attirer son attention, j’ai mis à chaque fois Angelita-Saïcheca Pierre comme elle me l’a proposé.

Le 29 juillet, 5 jours après, on était tous les deux en ligne, je l’observe et elle aussi et vers 12h elle m’a écrit.   

Sanou : Si je ne t’écris pas tu ne vas pas m’écrire aussi ?

Chachou : Non quelle idée j’étais vraiment occupé aujourd’hui si je ne t’ai pas écrit, ce n’est pas ma faute.

Et on recommence à s’écrire en faisant connaissance et on voyait qu’on avait beaucoup de point commun dans presque tous les domaines et là je me suis dit waw qu’elle pourrait être ma femme. Les jours et les nuits s’enchainaient, l’un ne veut pas se séparer de l’autre, on passait presque tout notre temps à s’écrire et un jour j’ai décidé de l’appeler. Après 20mn passées au téléphone, elle m’a envoyé un texto en me disant.

Sanou : j’aime ta voix, si seulement je pouvais entendre ta voix aussi souvent.

Chachou : Pas de problème je vais t’appeler aussi souvent que je peux.

Des centaines de texto avec beaucoup d’émotions et de sensations qui se dégage entre les lignes de nos textes. Un jour elle a décidé de me dire.

Sanou : je t’aime.

Moi comme un idiot je n’avais pas pris cela avec une très grande importance, j’ai fait comme si je n’avais pas vu ce message et elle m’a dit.

Sanou : Je te dis que je t’aime, tu ne me réponds pas. Tu ne m’aimes pas ?

Chachou : bien sûr que je t’aime.

A l’instant même le mot je t’aime est devenue comme une sorte de répétitions dans nos textes et dans notre bouche. Un jour mon téléphone était déchargé, nous avons fait presque tout la journée sans qu’elle n’ait pas pu avoir de mes nouvelles. Elle m’a laissé un texto.

Sanou : Tu me manques, je me sens vide sans toi, tu me manques tellement… A chaque fois qu’un texto s’affiche sur mon portable, j’espère que ce sera le tiens pourtant ce n’est pas toi.

Chachou : Ma journée n’a pas été bonne aussi sans toi.

Et on commence à parler de tout et de rien comme d’habitude jusqu’à ce qu’on s’en lasse. Un jour nous avions une petite discussion entre nous et je ne l’avais pas écrit cette nuit et le lendemain.

Sanou : Hier ton portable était full et tu ne m’as envoyé aucun texto, benh je veux que tu saches que nous n’avons pas beaucoup de temps à passer ensemble, le temps est trop court pour qu’on le gaspille. Si j’étais morte sans avoir de tes nouvelles, non sérieux j’allais venir te chercher après ma mort.

Chachou : Ne dis pas ça, cela ne va pas se reproduire.

On se manque souvent jour après jour.

Chachou : Tu me manques, même quand je parle d’un sujet avec une personne c’est à toi que je pense, cette sensation est trop forte pour moi.

Sanou : Toi aussi tu me manques énormément, tu ne sais pas à quel point. Benh je relis de temps à autre tes texto, tu es toujours dans ma tête, dans mon cœur. Je tiens à toi, ensuite même si je me dis que je devrais essayer de m’écarter un peu de toi c’est presqu’impossible, benh c’est drôle, j’y comprends rien.

Un jour elle m’a dit.

Sanou : je te fais confiance.

Chachou : Waw vraiment ?

Sanou : Oui plus que quelqu’un que je connais depuis des ans.

Chachou : Waw ému, tu me fais confiance déjà.

Après quelques jours elle a décidé de me dire qu’on devrait arrêter de se parler.

Sanou : J’ai peur

Chachou : Peur de quoi ?

Sanou : Qu’on se sépare, parce que je voudrais que tu sois toujours là.

Chachou : Oui on ne sait pas mais, ce n’est pas pour autant qu’on doit avoir peur.

Sanou : Parfois on est obligé de se séparer de certaines personnes et ça fait tellement mal. Je déteste les séparations.

Chachou : C’est le moment le plus dur de la vie et peut-être un jour on doit passer par là.

Sanou : j’aime tellement provoquer les séparations, je veux toujours être le centre d’attention et quand ce n’est pas le cas j’abandonne, je suis tellement jalouse.

Chachou : Parfois les séparations sont les conséquences de nos orgueils.

Sanou : Tu me tues, tu me fais abandonner le monde pour toi. Tu me rends paresseuse. Quand mon portable est à sec, au moins j’aurais la chance de faire tout ce que je n’avais pas eu la chance de faire quand tu étais là, au lieu de ça je passe tout mon temps à me demander quand EDH va rétablir l’électricité pour qu’on puisse recommencer. Je t’écris beaucoup, j’arrête de penser comme avant à cause de toi, j’arrête même de penser à mon petit copain, mes amis, à mes problèmes familiaux et à ma vie. A cause de toi je suis devenue une insomniaque, je ne fais pas de lecture une chose que j’aimais faire, regarder des films parfois je me sens méconnaissable. Tu comprends ?

Chachou : Qu’est-ce que je dois faire dans ce cas ?

Sanou : Je ne sais pas.

Chachou : j’ai envie de dire quelque chose mais je ne trouve pas les mots.

Sanou : Stp dis quelque chose.

Chachou : Non sérieux je ne trouve pas les mots.

Sanou : L’excès en tout nuit, à ce rythme, peut-être qu’on se détruit sans s’en rendre compte.

Chachou : On doit s’arrêter.

Sanou :  et comment ? Tu crois que cette voiture a un frein.

Chachou : On a enlevé le frein de la voiture.

Sanou : Non sérieux on doit le racheter si non on va se faire du mal. Je voudrais avoir le contrôle de la situation, dans ma vie j’aime quand tout soit sous contrôle, tu en as le contrôle toi ? comme s’il n’y avait personne au volant.

Chachou : Quand on va le racheter. Une voiture sans chauffeur.

Sanou : Je ne sais pas.

Chachou : On décide.

Sanou : Penses y, on reviendra sur ce sujet.

Après quelques heures on est revenue sur le sujet.

Chachou : j’ai pris une décision, on ne parlera pas aussi souvent comme nous le faisons, on va s’écrire comme deux inconnus, juste des salutations environ 20 texto par jour tu comprends ?

Sanou : Je ne veux pas cette proposition, je veux qu’on continue.

Elle qui voulait qu’on s’arrête, est devenue plus accros à moi qu’au part avant et qui me demande que j’apprenne à me passer de lui. 

Sanou : Je veux que tu apprennes à te passer de moi.

Chachou : On commence quand ?

Sanou : Ce n’était pas sérieux. Si tu essaies de te passer de moi, je vais sentir l’effet.

Chachou : Comment ?

Sanou : Le vide, je vais me sentir seul.

Chachou : Il faut qu’on essaye.

Sanou : Si on essaye tu utiliseras quelle formule ?

Chachou : Une semaine sans texto.

Sanou : pourquoi tout ce temps ?

Chachou : Pour voir l’effet que ça fait.

Sanou : Je commence à sentir l’effet rien qu’à y penser.

Chachou : Tu sens quoi ?

Sanou : Mon cœur est en train de palpité la maintenant.

Chachou : juste pour rire, ‘’mwen santi’m pa gen fos epi’m pran tranble’’.

Sanou : Non sérieux peut-être c’est la bonne décision pour éviter trop de complication entre nous.

Chachou : Ok on va le faire.

Sanou : Tu y tiens vraiment ?

Chachou : Non c’est toi qui l’a demandé, j’accepte toutes tes décisions.

Sanou : Au début j’avais l’idée de tout arrêter mais maintenant, j’ai peur de souffrir de la distance et j’ai peur que tu m’oublies donc restes avec moi.

Chachou : Je ne pourrais pas t’oublier.

Nos sentiments étaient tellement forts rien qu’à y penser, qu’un jour qu’on ne pourrait plus se parler nous donnait des mots de têtes même avant l’impact que ça pourrait causer. Un jour elle est venue avec cette parole :

Sanou : Si je meurs un jour sache que je t’aimais et que souvent je me disais que si ce serait pas mieux que je te donne un peu de recul, cause je ne voudrais pas te faire du mal à l’avenir.

Chachou : Comme cela ne va pas t’arriver.

Sanou : tu n’es pas réaliste.

Chachou : J’ai dit juste que cela ne va pas t’arriver pour le moment.

Sanou : Je peux mourir à l’instant même, pendant que je suis entre de t’écrire ce texto. En tout cas si tu veux que je reste avec toi je comprends.

Chachou : Dkr….!

Et boum les sentiments vont commencer à se manifester à travers les textos avec beaucoup d’émotions.

Chachou : Ce matin je suis réveillé dans une solitude qui étais si fort que même moi je ne peux pas l’expliquer et quand j’ai pris mon téléphone, mon téléphone était mort, pas d’électricité et la que j’ai compris que ma journée allait être horrible sans toi. Pendant que j’écoutais une chanson titré impossible je me suis laissé emporter par cette chanson et boum tu es apparue dans mes pensées, mon cœur commençait à battre. Je me suis dit en ce moment ma Sanou est triste comme moi je le suis.

Sanou : Je ne sais pas quoi dire, toi aussi tu m’as manqué et ceci tellement. A plusieurs reprises j’ai essayé de faire le vide dans mon esprit mais, ce fut impossible, j’ai tellement parlé de toi. Presque toutes les heures. J’ai vérifié plus de 20 fois si t’étais en ligne mais hm. Tu m’as tellement manqué. ‘’Ti kèm te fèm mal’’. Je t’aime tant.

Chachou : Nous sommes la maintenant complétons les heures que nous avons perdu pendant la mi-journée ma Sanou tu m’as tellement…. Que je ne suis même pas arrivé à m’endormir, à chaque instant ton nom surgit dans mes pensées.

Sanou : Le tien aussi. Je t’aime tellement que j’oublie de manger, de boire de l’eau, je reste accrocher à toi, je vis de tes textes et ensuite ta voix si gaie.

Chachou : Moi je ne t’aime pas, je te veux tout simplement. Ta voix tu le sais déjà.

De jour en jour les choses changeaient et on était devenu de plus en plus proche. Il y’a toujours un manque entre nous, un soir j’avais fait un petit caprice, pas de texto et beaucoup idée viennent dans mon esprit. Le lendemain elle a fait un bref intro à propos de son petit copain.

Sanou : Tu me manques tellement, tu ne pourras pas comprendre, ta voix, ton sourire… je te sens pas, benh j’ai besoin de toi, ensuite je t’aime, je veux t’avoir avec moi, peut-être pas maintenant mais dans quelques temps. J’ai fini par comprendre que ces derniers temps, tu as été le pilier de mon existence, tout tournait autour de toi. Je t’aime tant…Pour cette histoire avec mon petit copain, je sais où j’en suis. Je sais que je suis avec lui par habitude. Surtout qu’il ne vit pas aux Cayes, seulement si tu pouvais comprendre comment il est difficile de lui expliquer ce qui m’arrive, pfff si je pouvais passer a cotés mais comme j’aime la franchise et la clarté. Ou je pense qu’il vaut mieux quand il arrive à la capitale pour tout lui dire.

Chachou : Tu m’avais manqué à un point que même moi je ne pouvais pas supporter, j’ai laissé l’orgueil m’emporter qui m’a anéanti hier soir, une nuit blanche et je réalise que je t’aime vraiment, ton absence, tes mots et je me suis dit aujourd’hui je vais prendre un peu de temps pour réfléchir à propos de nous. Tout le temps je ne parle que de toi, personne d’autre, je suis perdu et je ne trouve pas le chemin pour revenir. Je t’aime aussi comme nous disons ce mot aussi souvent, notre connections est tellement hyper qu’on ne peut pas la contrôler nous-même. C’est comme si on est électrocuté par un courant qui est si fort et qui nous attire comme un aimant. Pour ton copain je sais qu’il est extrêmement difficile de prendre une décision pareille, ce n’est pas aussi Facile. Qu’est-ce que tu vas lui dire ?

Sanou : Je vais lui dire toute la vérité.

Chachou : Quelle vérité ?

Sanou : La vérité ce que je ressens, je vais lui expliquer de fond en comble, comment tout a commencé entre nous et depuis lors comment je me sens. Ensuite s’il est fâché ce sera derrière son petit écran.

Chachou : Tu veux le faire vraiment ?

Sanou : Oui pourquoi pas ?

Chachou : Rien je t’aime.

Sanou : Parfois je me demande : si je t'avais rencontré avant mon copain. Ou en serions-nous maintenant ?

Chachou : Là où on devrait être.

Sanou : Je ne vais pas rompre avec lui pour me mettre avec toi, je vais le faire pour ne plus avoir l’impression de commettre un délit, pour que je ne puisse pas sursauter lorsqu’il m’appelle. Ensuite je suis trop gentille pour que je lui laisse faire des projets pour moi. Je me sens mal des fois.

Chachou : Je ne dis pas que tu vas rompre avec lui pour que tu puisses te mettre avec moi.

Sanou : ‘’Ou poko telman heureux au point pou kèw ta rete’’ ? C’est ce qui m’arrive avec toi, imagines toi je souris tout le temps à cause de toi, je t’aime tellement. Tout a l’heure j’ai dit à ma sœur, je l‘aime tellement elle m’a répondu : il est intelligent celui-là, il sait que tu aimes la musique, il te charme avec des chansons. Il marque des points par rapport à ton petit copain.

Chachou : Ça m’arrive tous les jours quand je suis avec toi et même quand je suis seul en pensant à toi. Je parle tout le temps de toi avec mes cousins et mes potes et ils m’ont dit tu parles tous le temps de cette fille qui est-ce ? Je réponds c’est ma princesse. Ta sœur Priscilia hm … Est-ce que tu connais cette sensation quand tu poses les yeux sur quelqu’un et que tu dis putain que je l’aime ?

Sanou : Oui quand tu m’appelles, je mets une main sur mon front puis je dis (merde que je l’aime). Des fois je suis toute seule, je n’arrête pas de le dire (je l’aime tellement) et moi aussi je parle beaucoup de toi. Tout ça parce que je t’aime, ta voix et ensuite tu es amusant.

Chachou : Moi à chaque fois que je t’appelle mon cœur commence à battre en attendant que tu décroches.

Et on a entamé un autre sujet.

Chachou : Quand vous trouvez une personne qui donne un sens à votre vie, vous devenez quelqu’un de différent, quelqu’un de meilleur mais quand cette personne vous être enlevée, qu’est-ce que vous devenez ?

Sanou : Je sentirais un vide en moi, morte, puisque la vie ne se borne pas à la respiration seulement, ensuite c’est pour cela que je ne veux pas donner à Rudina ton numéro, parce que j’ai peur de te perdre, c’est pour cela que j’écarte les dangers.

Chachou : C’est toi qui m’avais proposé son numéro pas moi.

Sanou : Elle est en train de se battre avec moi pour ton numéro. Je parle beaucoup de toi quand je suis avec lui, c’est pour cela qu’elle veut ton numéro. Au fond elle te trouve waw et puis elle m’a dit qu’elle ne peut pas te voir.

Chachou : Pas de problème je comprends. Tu connais cette sensation quand tu es fâché contre une personne, que tu l’aimes de tout cœur et que cette personne ne veut pas te parler, elle te tourne le dos et toi tu as une seule envie, c’est de la retourner et de l’embrasser.

Sanou : Oui je la connais, tu es romantique, je t’aime tant, à ce rythme je ne pourrais pas me séparer de toi. Tout à l’heure je parlais à une amie qui s’appelle Cynthia, elle m’a dit que tu es un charmeur et que tu n’es pas mon type ?

Chachou : Moi un charmeur je ne crois pas.

Sanou : Oui toi.

Chachou : Elle s’est basée sur quoi pour dire une chose pareille.

Sanou : C’est à toi de me répondre.

Chachou : Je ne vois pas en moi un charmeur. Tu le vois toi ?

Sanou : Je te connais pas je ne peux pas répondre à cette question. Peut-être que tu as essayé de la charmer.

Chachou : Je ne crois pas.

Sanou : D’accord laisse tomber.

Un jour elle m’a dit.

Sanou : Pendant que je fais des efforts pour que je ne puisse pas dépendre de toi, c’est comme si mes efforts sont en vain (‘’se lè sa wap ankrem nan laviw’’).

Chachou : tu es encrée en moi aussi, même si je me suis dit que je vais faire autre chose, c’est comme si je tourne en rond.

Sanou : Waw je t’envoie une chanson demain de Bryan Adam, le titre est Everything I do. Tu vas l’adorer. Bonne nuit je t’aime tellement, a peine si je peux te laisser le temps d’aller dormir ou faire autre chose. Je sens que je veux être avec toi tout le temps, quand je dors, quand je sors à l’église et quand je me réveille.

Chachou : Réciproque, je t’aime à un point que je ne peux plus mettre des virgules.

Nos journées sont devenues comme ça on parle sans arrêt sauf quand on dort ou quand nos portables sont à sec. Un jour elle était en train de penser à moi mort.

Chachou : Tu fais quoi la ?

Sanou : rien je pensais à toi mort et je me disais que c’était impossible. Bon en tout cas ce n’est pas pour l’instant, je t’ai même pas encore pris dans mes bras.

Chachou : Un jour on doit tous partir.

Sanou : Je t’aime tant… tu es adorable, si tu savais à quel point je t’aime, tu ne penserais pas à la mort et tu voudras être immortel que je puisse continuer à t’aimer.

Chachou : Toi aussi tu es adorable, si c’est pour toi je serais déjà immortel pour que tu puisses m’aimer davantage. Comment a été ta journée ?

Sanou : Marrant, nuisible et pour toi ? c’est mon copain qui était venu me sauver dans la journée. Même lui ne pouvait pas me consoler. Dépression tellement tu m’as manqué.

Chachou : J’étais mal sans toi, je n’arrivais même pas à m’endormir.

Sanou : Je me sentais si faible sans toi. Ta voix, parfois je me couche pour que je puisse la réviser dons mon oreille, j’aime quand tu me parles, quand on est au téléphone. Pour ta voix je veux que tu sois avec moi tout le temps pour que je puisse l’entendre.

Chachou : Une journée de merde, Ton nom était apparu dans mon esprit plus que dab, même quand je souris c’est à moitié. Je t’aime tellement, même quand des fois on se fâche, ta voix simplement peut me bercer. Pour moi on est toujours ensemble même quand ce n’est pas physiquement.

Sanou : Je veux être avec toi physiquement, te sentir prêt de moi, j’ai envie de bruler les étapes.

Chachou : Pas plus que moi, je veux voir ton doux visage pour pouvoir te regarder les yeux dans les yeux, te cajoler, te serrer dans mes bras et pour pouvoir sentir ton odeur tout autour de moi. Je veux t’embrasser.

Sanou : Moi aussi, figures toi, je veux t’embrasser.

Chachou : le jour viendra.

Sanou : Tu m’aimes ?? pour combien de temps ?

Chachou : Pour la vie et toi ?

Sanou : Pour la vie peut-être.

Chachou : Pourquoi peut-être ?

Sanou : Parce que je ne sais pas.

Chachou : Je comprends.

Sanou : Ce dont je suis sûr c’est que je t’aime plus que tout au monde, oui je t’aime tant.

Chachou : Tu m’aimes vraiment ?

Sanou : Si tu me voyais, tu comprendrais, parce que ça crève les yeux, imagine même ma mère le voit. Je t’aime tant (‘’m bouke di sa m anvi prouvel’’) Tu comprends ?

Chachou : je comprends, on aura le temps. Quelle preuve ?

Sanou : Preuve dans le sens où tu pourras lire dans mes yeux tout l’amour que je te porte.

Chachou : Dans tes yeux, je serais timide face à toi.

Sanou : Relax, je ne mords pas.

Chachou : J’attends ce jour avec impatience.

Sanou : Moi aussi.

Chachou : Sentiment si fort entre nous.

Sanou : Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai peur.

Chachou : Pourquoi avoir peur ?

Sanou : Je ne sais pas, j’ai peur que ça marche pas entre nous. Tu n’as pas peur toi ?

Chachou : Non.

Sanou : Vraiment ?

Chachou : Oui Je suis calme.

Un jour je lui ai demandé si elle avait parlé avec son copain, comme elle me l’avait promis.

Chachou : Tu as parlé avec ton copain ?

Sanou : Oui, quand je lui ai parlé de toi, il m’a répondu que je ne t’aime pas, que c’est parce qu’il m’a négligé que cela est arrivé, qu’il allait s’efforcer à combler le vide qu’il a laissé, que je suis juste confus.

Chachou : Est-ce vrai ce qu’il a dit ?

Sanou : Non, bien sûr que je t’aime c’est tellement évident. La seule chose que je sais, je l’ai pas voulu comme je te veux toi.

Chachou : Donc restes avec moi.

On a parlé beaucoup de choses cette nuit-là. Un jour elle m’a dit qu’elle allait passer une semaine d’évangélisation et de prière avec son église, c’était une semaine assez dure pour nous, elle n’avait pas le droit d’utiliser son portable. Mais quand même elle a créé des moyens pour qu’on puisse parler, même si ce n’est pas pour beaucoup de temps et je l’avais promis que je vais écrire dans mon carnet comment je me sens pendant son absence. Je commence avec les jours.

Chachou

Jour 1

Wawwww yon jounen noir, san'm pa tande'w, san'n paka ekri, mw santi'm vid, mw santi'm seul, mw santi'm manke yon mwatye. Jodi a mw pa fe anyen, menm tlf mw, mw pa met nan chaj (mw pa wè pou ki rezon mw pral mete'l) se depi Jodi a mw wè a ki pwen absans ou ka toumante'm, menm souri mw paka souri, menm lè nou pat pre menm yon texto te fèm santi'm byen, just yon ti tan pale nan tlf te fèm santi'm wawwww, mw tap gad yon serie kote'm wè acteur a bay naj li a yon klen d'un coup gen yon sansyon ki monte'm et je me suis laissé emporter en nous imaginant. C'est dans les moments les plus sombres que tu me manques le plus, je t'aime

Jour 2

Un autre jour commence sans toi et là je réalise que le même scénario d'hier va se produire, les mêmes sensations, absence, chagrin, ta voix, ton sourire, tes rires, je ne sais pas si je vais supporter tous ces jours...Tu me manques mon amour. Sur ma main je sens ton odeur qui me donne l’impression que tu es là. En attendant ce moment tant attendu ou tu seras là, Tu es mon Amour. Tu le resteras pour toujours, je t’aime de toute mon âme. Jamais tu ne pourras imaginer à quel point tu me manques.

Jour 3

Ce matin tu m'as réveillé à 3h56 du math, j'entendais ta voix qui résonnait dans ma tête boom et là je me suis demandé ce qui m'arrivait. Je suis adikte à elle et mes cousins mon dit : (saw gen la mw di Sanon reveye'm yo dim li rele'w mw di nn, yo dim li ekri'w mw di nn e yo dim kòman mw di yo, yo pap konprann e apre dodo pran'm avan mw di que je l'aime waw) Je ne trouve pas les mots appropriés à ce que je ressens aujourd'hui, les mots me fuient comme un homme qui aime une Femme qui ne trouve rien à lui dire et qui préfère fuir. La seule chose que je sais, tu me manques, c’est tellement dur, tu me manques, ça j’en suis sûr, tu me manques nuit et jour. Je regarde sans cesse tes photos. Je ne peux me passer de toi, tout ce que je fais se rapporte à toi.  Dans ma tête, j’entends sans cesse raisonner ta voix, Comme si tu étais là, Tu me manques trop. 

Jour 4

Hmmmmm un jour de silence pour moi... Tu me manques plus que tout Je crois bien que je vais devenir.... De ne pouvoir entendre, Un simple mot, Car maintenant et toujours, tu me manques. En même temps il y’a des trucs qui se passent dans ma tête, exemple comme ton amie Cynthia l'avait dit (Sanou, ce n’est pas ton type. Arrête) (peut-être que ton amie avait raison) e apre mw tounen sou point de départ la, sur une demande d'une chanson et je me suis dit pourquoi c'est moi qu'elle a choisi parmi tous ces amis pour lui envoyer cette chanson ? Peut-être c'est le destin ou pas ? Et ensuite (euh j'ai peur que ça ne marche pas entre nous. Que tu ne m'acceptes pas comme je suis) même si ça arrive je veux que tu saches que ça ne va pas me déranger parce que chaque personne a son choix dans la vie mais ça ne va pas m'empêcher de t'aimer. C'est la première fois que je rencontre une fille comme toi direct, qui crois en elle et tu es affectueuse et d'amour en toi je t'aime.

Jour 5

C’est quand la distance s’impose que l’amour transparaît le plus. Le vide de l’absence nous fait aimer plus fort. Ce sont tous nos texto qui me reviennent dans mes pensées pendant ces 5 jours, tu m'avais manqué.

A travers ces textes je lui montre comment je me sentais pendant son absence, je lui prouve que sans elle je me sens vide. Quand elle est revenue la première chose qu’elle m’a dit.

Sanou : tu m’as manqué, j’ai suis tellement content d’être de retour dans ma ville, c’est la première fois que je me sens comme ça, rien qu’à penser que tu y es. Maintenant je peux dire qu’il y’a une personne qui me donne envie de rester dans cette ville. Au part avant je n’avais personne.

On est revenu sur le texte du 4eme jour

Sanou : J’ai peur que ça ne marche pas aussi, non sérieux t’es pas mon type.

Chachou : Alors pourquoi continuer ? le pourquoi ? qui parfois n’a pas de réponse.

Sanou : Non j’ai la réponse, parce que je t’aime.

Chachou : Non sérieux t’es pas mon type. C’est ça le problème je ne veux pas te forcer à m’aimer, je ne suis pas ton type.

Sanou : Si tu ne veux pas continuer ou du moins si tu crois que c’est mieux qu’on arrête maintenant dis le moi ?

Chachou : On arrête.

Sanou : Tu veux plus me parler ?

J’ai pris tout mon temps pour répondre à cette question et vous allez voir ma réponse.

Chachou : Quand quelqu'un disparaît de ta vie et il se peut que tu n’aies jamais la chance de la revoir, plus l'occasion de lui dire toutes les choses que tu n'as pas eu le temps de lui dire, je ne veux pas que ce jour arrive, pour que je ne puisse pas avoir le temps de te dire tout ce que j'ai à te dire, tout ce que j'éprouve pour toi, mes sentiments, il est temps pour moi de t'écrire tout ce que je ressens même s’il n'est pas trop tard. Même si ces mots sont des mots qu'on entend chaque jour, mais quand ces mots viennent de la personne qu'on aime ça n’a pas les mêmes effets, les mêmes sensations. Tout le monde veut entendre de la bouche de la personne qui fait vibrer son cœur des mots doux, des mots qui transpercent nôtre âme et comme tu dis chaque jour je t'aime tellement je serais un idiot si je ne te dis pas qu'avec toi je suis différent. Je suis incapable de me détacher de toi, comme si on est connecté. Je veux toujours oublier et pouvoir toujours m'en souvenir. Il se passe tant de choses. Même si un jour j'essayerais de plus t'aimer, j’en serais incapable, je t'aime. Donc je veux toujours te parler.

Sanou : Tout peut arriver un jour, si je ne t’aime pas, je te le dirai. Même si on ne pouvait pas être ensemble, le fait que je t’aime, le reste n’est pas important.

On a oublié l’idée de tout arrêter. Quelques jours avant que je vienne dans ma ville (les Cayes).

Après toutes les raisons qu’elle a vu en moi elle a décidé de me dire.

Sanou : Je t’aime, tu vois que je des raisons pour que je puisse t’aimer et même sans ces raisons je t’aimerais, c’est toi qui n’a pas de raison de m’aimer comme ça.

Chachou : Bien dit, moi l’amour que je te porte n’a pas de raison. Tu es entrée dans ma vie sans me demander la permission, maintenant, je te veux à moi seul.

Elle était toute seule dans sa chambre, elle m’a envoyé un texto.

Sanou : Tu me manques.

Chachou : Toi aussi, je suis triste.

Sanou : Moi aussi, je te laisse une place sur mon lit.

Chachou : Waw J’arrive.

Sanou : Hm.

Chachou : Je sens la chaleur de ton corps sur mon corps.

Sanou : Je veux tellement t’embrasser ces derniers temps, c’est pour cela que je ne veux pas que ma mère et ma sœur soit là.

Chachou : Moi aussi mais, s’il y’a du monde on laissera ça pour un autre jour.

Sanou : Chaque fois que j’ai dit que je te laisse une place pour toi sur mon lit, c’est ce qui se passe dans ma tête.

Chachou : Waw c’est pas l’envie qui me manque… spécialement je veux te donner un gros câlin le plus profond que possible.

Sanou : Je t’aime énormément, tu occupes tous les recoins de mon cœur.

Chachou : Chaque jour je veux être plus près de toi que jamais et mon cœur n’a pas d’espace pour les autres filles.

Sanou : Je souhaite que ce soit vrai. Je vais dormir à demain.

Chachou : Je n’aurais pas de courage à partager l’amour que j’ai pour toi mon amour. Bonne nuit je t’aime, je vais te rejoindre dans cette petite place que tu m’as laissée tout près de toi.

Elle m’a laissé à 10 h pm et à 2h Am elle s’est réveillée et m’a envoyé un texto.

Sanou : Je n’arrive pas à dormir, à chaque fois que je me lève et que je me vois toute seule dans mon lit, je panique. Je veux que tu sois à mes côtés. Je t’aime, je t’épouserai aujourd’hui même si c’était possible.

Chachou : Moi a l’instant même où nous parlons, je me vois avec toi, pieds nus au bord de la mer main dans la main in the dark. Je veux te voir toi, dans mes bras, en train de dormir.

Sanou : Je me sentirais super bien.

Chachou : Pour que je puisse te regarder en train de dormir et puis pour que je puisse chanter : my favorite song Reine’ (et si ma voix peut t’apaiser je chanterai pour toi toute la nuit).

Sanou : Bonne nuit j’ai sommeil.

Chachou : Bonne nuit à toi aussi ma puce.

Mon plus gros problème, c’est que je n’aborde jamais le sujet de son copain avec elle. Par exemple : de lui demander comment ça marche entre lui et son copain, quelle décision qu’elle va prendre et où elle en est avec cette histoire. Le jour de son anniversaire, je lui ai acheté un bouquet de rose, comme je sais quelle aime les roses et avec d’autres choses. Nous avons passé un bon moment ensemble, je ne vais pas donner de détails. Ce jour-là, après mon départ on avait pas de communication puisque le réseau de Digicel était en panne. Le réseau rétabli, on a pu parler au téléphone.

Sanou : Tu me manques.

Chachou : Toi aussi

Sanou : En passant je suis trop contente à présent. En parlant ton parfum a envahi ma chambre. Tes fleures sentent tellement bon.

Et tout de suite elle m’a dit.

Sanou : J’ai quelque chose à te dire.

Chachou : Je t’écoute mais, pour l’instant mon portable est à sec.

Sanou : Benh d’accord on parlera demain

Le lendemain elle est revenue sur le sujet de son petit copain qui va changer la donne.

Sanou : Tu ne me questionnes pas, tu demandes rien et tu ne me demandes jamais ou j’en suis avec lui, ça m’encourage pas.

Chachou : je n’aime pas parler des gens c’est pour cela que je ne te parle pas de lui quand je suis avec toi et que je ne te pose pas de question à propos de lui.

Sanou : Hier j’ai parlé avec mon copain, pour tout te dire, il fait semblant de ne pas comprendre, selon lui c’est un coup de foudre qui va passer dans peu de temps. Il a mentionné qu’il ne veut pas me perdre après avoir passé 4 ans à me courtiser. A chaque fois que je parle de toi, il fait comme si tu n’existais pas, mais n’empêche pas qu’il a alerté toute sa famille, J’ai l’impression d’être déjà marier avec lui, sa sœur, son père, sa tante et ses amis ils sont tous des obstacles, j’ai les pieds et les mains liés, je suis dans tous ces projets, je savais que ça allait couter de le laisser tomber mais, pas ainsi. J’étais prête à le faire pour toi, mais là je réalise que je ne pouvais pas briser ses rêves, je crains de lui faire du mal. De le retarder dans ses projets, je pourrais me lever un jour et décidé de couper tous les ponts sans lui en parler, mais le courage me manque, trop de reproche il y’a ses amis, tu comprends ?

Chachou : Je ne comprends pas. Pour moi ton copain n’existe pas, comme je te l’avais dit écoute ton cœur et fait un choix, peu importe ton choix je l’accepterais. Si tu ne veux pas briser ses rêves alors… Je sais que c’est une décision qui est difficile à prendre, Mon cœur t’appartient déjà, mais si tu ne le veux pas… Conseil a toi : Si tu veux quelqu’un bat toi pour lui, n’écoute pas les gens écoute ton cœur.

Sanou : Toi aussi de ton côté tu t’es chargé d’alerter tout un beau monde, je ne sais pas quoi faire puisque je n’ai pas l’intention de continuer sur cette voix. Quand tu m’appelles je te dis que je t’aime, tout suite après il m’appelle je lui dis la même chose, je me sens mal.

Chachou : Tu peux prendre une décision, une décision qui te feras sentir mieux, Je ne veux pas que tu te sentes mal, au contraire je veux que tu te sentes bien mais, pas comme tu viens de me dire que tu te sens. Ecoute ton cœur et fais un choix. On peut essayer quelque chose pour que tu te sentes bien ?

Sanou : Oui si tu veux.

Chachou : On fera quelques jours sans se parler pour voir l’effet que ça fait.

Sanou : Non je n’ai pas envie d’essayer.

Chachou : Juste je veux l’essayer pour voir.

Sanou : Comme tu veux.

Chachou : Il est difficile pour toi de faire un choix, je ne veux pas que tu te sentes coupable à cause de moi, puisque je ne veux pas que tu me considère comme ta cible. Tu sais que je t’aime, je préfère me sacrifier pour que ton cœur continue de fleurir, c’est vrai que tu sors de nulle part et dans mon cœur tu es atterrie.

Sanou : je comprends, mais le problème c’est que pendant que tu veux mettre cette barrière entre nous, je ne veux pas qu’a ton retour qu’il n’y ait plus de place pour toi. Tu risques de me perdre, sérieux.

Chachou : C’est vrai je risque de te perdre, je me considère comme un intrus qui est venu détruire une relation qui était déjà construite, tu sais tout ce qui se passe en moi, tous mes sentiments.

Sanou : Je ne crois pas en moi.

Chachou : Si tu prends tout ton temps pour lire mes texto, tu vas voir que c’est ton nom qui est écrit dans mon cœur, sans que je ne sois pas tout prêt de toi, sur moi tu vas voir ta marque et dans toutes tes phrases je veux être tous tes points. Ton copain avait dit que ton amour pour moi était un coup de foudre et toi tu sais bien que tu m’as donné un coup de poudre.

Sanou : Cute, je vais me déconnecter, je ne sais pas quand je vais revenir. Bonne fin de journée.

Après son départ j’ai lui ai laissé un petit texto.

Chachou : Ce n’est pas un hasard si ce qui arrive, arrive. Peut-être que c’était un plan de Dieu ou pas, juste si tu es pour moi, tu seras à moi et à personne d’autre et je ne peux pas offenser Dieu de nous avoir donner l’opportunité de nous connaitre. Je veux te posséder. Je t'aime Sanou, je te veux pour la vie rien que nous deux. Je comprends bien ce que tu ressens en ce moment, je te demande pas de choisir entre nous, alors laisse ton cœur parler et n'essaie pas de le dicter et surtout n'agit pas par pitié. Si je ne parle pas de ton copain, c'est pour te dire qu'il fait partie du passé et maintenant tu fais partie de mes plans, avec toi je veux bâtir des projets dont tu es le sujet. Si je ne t'aimais pas je ne serais pas encore là, quand je réalise que c'est trop beau pour arrêter là. Tout ce qu'il nous faut c'est du temps, pour nous demander si c'est ce que nous voulons vraiment. Ne prenons pas des décisions que nous pourrions tous regretter avec le temps. Je commençais à y croire, j'ai cru comprendre que tu me voulais à tel point que je te voyais tout de blanc vêtu. Si tu me vois peu prometteur, c'est juste que je n'aime pas faire de fausses promesses, mais j'avais promis à mon cœur de t'aimer, te garder, te protéger. Tu étais arrivé à une vitesse que je ne pouvais pas t’arrêter, je me demande si réellement tu crois en ce qui est en train de naître entre nous ? Si tu en es pas si sûre, laisse-moi te rassurer. On s'accorde si bien quand on est connecté, pourquoi veux-tu tout arrêter ? Je croyais que tu recherchais le bonheur, alors quand est-ce que tu sauras que tu l'as ? Pourquoi ne te laisses-tu pas aimer comme tu le mérites, laisse-moi te découvrir à fond et tu verras que je suis le complément que tu désires pour la continuité de notre vie à deux.

Sanou : Je te veux mais ce n’est pas seulement ça qui compte. En dehors de notre histoire, j’ai une vie, je ne peux pas l’ignorer faire semblant que personne d’autre n’existait à part toi. Suis trop sincère pour ce genre de chose, je ne peux pas l’abandonner juste parce que j’aime un autre un peu plus que lui, c’est injuste selon moi, je sais pas pour toi. Est-ce qu’on peut décider d’être heureux ensemble en détruisant les rêves des autres ?

Chachou : Ne gâche pas ta vie en essayant de sauvegarder celle d’un autre. Un rêve ça se construit à deux, si l’un de ses personnes n’est plus, on ne peut pas parler de rêve. Dans ce cas, la sincérité n’a pas sa place, ou tu te trompes sur sa vraie définition, tu devrais être sincère envers toi-même. Il faut savoir ce qu’on veut vraiment si réellement on veut avancer, il faut parfois tourner la page ou changer de livre. Ou est-ce que tu souhaites vraiment refaire la classe ?

Sanou : Tu ne peux pas comprendre.

Chachou : Est-ce que toi tu te comprends ? Alors je te laisse le temps qu’il te faut, je suis toujours là, tu sais ou me trouver, si tu veux partir, part mais ne choisis pas la facilité, arrête de penser à ce que les gens veulent, à ce que je

Sanou : Ah bon, je te fuis ? Alors toi tu cours après moi ? Si c’est ce que tu penses.

Chachou : C’est visible tu me fuis, tu fais tout pour me fuir pourtant tu me donnes l’impression que tu cherches un abri. Non pas après mais plutôt vers toi.

Sanou : Qu’est-ce que je fais pour te fuir ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?

Chachou : Tu veux toujours me faire croire que tu as envie de te jeter dans les bras d’un autre et me demande d’être sincère, de ne pas briser les rêves des autres, j’ai l’impression que tu me chasses déjà.

Sanou : Je ne vais pas me jeter dans ses bras j’y étais déjà. Je ne te chasse pas, j’essaie juste d’avoir une conversation normale avec toi. Comment pourrais-je te chasser ? Ce n’était pas une demande.

Chachou : Tu penses pouvoir être à la fois dans deux mondes différents. Tu ne me chasses pas mais tu ne me rapproches pas non plus.

Notre conversation s’était terminée là, quand elle était revenue quelques heures après, nous n’avons pas pu échanger beaucoup de texto, à peine deux.

Sanou : Tu me manques, je t’aime tant et ta voix me manque.

Chachou : Tu me manques grave, je suis à peine réveiller et une seule question surgit dans mon petit cerveau : Comment te sens tu de tourner une page qui a tant de choses à lire ? Bonne nuit.

Elle est partie sans répondre à ce texto et je décide de lui laisser un message d’adieu.

Chachou : Je ne veux pas rester dans cette situation, je n’en peux plus, je vais faire le vide en moi. Je sais que tu vas dire que je ne t’aimais pas, parce que je vais te laisser, sache quand tu aimes une personne et que cette personne ne peut pas être à toi. La seule chose à faire est de la laisser partir, pour qu’elle puisse avoir son bonheur là où elle veut. Tu as pris mon esprit en otage, sans savoir la façon dont il va se libérer. Je vais partir vers un nouveau départ. Je pars, sache que je t’aime et je te souhaite tout le bonheur du monde.

Ensuite nous avons passé quelques jours sans avoir de nouvelles l’un de l’autre. Un jour elle a décidé de m’écrire en me disant.

Sanou : je t’écris ce soir.

Chachou : J’attends que toi.

Sanou : Comment vas-tu ?

Chachou : Je vais bien et toi ?

Sanou : Je suis là.

Et elle est revenue sur mon Texto daté de quelques jours.

Sanou : Tu étais sérieux ?

Chachou : Oui, j’étais sérieux.

Sanou : Si tu penses que c’est mieux tant pis.

Chachou : Ça dépend de toi.

Sanou : Comment ?

Chachou : Juste j’attends ta décision.

Sanou : Je ne vais pas le laisser, c’est impossible mais je ne veux pas que tu t’en ailles, j’ai besoin de toi, je t’aime.

Chachou : Je pensais que nous allions être ensemble pour la vie, comme je disais, c’est la vie on ne peut rien faire face à une telle situation.

Sanou : On peut être ensemble pour la vie, on ne sait jamais.

Le reste à suivre…

Le moment tant attendu, pour savoir comment notre relation s’est terminée, la fin de notre histoire.

Sanou : je veux faire ma vie en dormant seulement.

Chachou : T’es folle.

Sanou : Euh oui ça se pourrait, j’ai fort souvent des idées folles me dit-on, comme celle de ne pas avoir l’envie de vivre.

Chachou : Je ne te comprends pas.

Sanou : Je pourrais aimer la vie, mais pour cela je devrais avoir une raison. Benh je n’en ai aucune, suis pas heureuse, la dernière fois que je l’étais, tu étais à la capitale.

Chachou : Je peux te donner la raison que tu cherches. Je veux te rendre heureuse.

Sanou : Non si tu pouvais je l’aurais eu.

Chachou : Si je te le dis. C’est toi qui avais mis une distance entre toi et moi.

Sanou : La distance je l’ai mise parce que je ne peux pas être avec toi.

Chachou : Donc c’est toi qui ne veux pas être heureuse.

Sanou : Oui, je suis bien d’accord avec toi disons que c’est ça. Je ne t’en n’avais jamais parlé ? On ne peut pas être ensemble, notre relation est bien comme elle est.

Chachou : Je ne peux pas rester dans cette relation qui me tue, je vais prendre une décision une bonne fois pour toute, je ne veux pas de ton amitié.

Sanou : Ah bon notre relation te tue, c’est nouveau ça, je ne savais pas.

Chachou : Tu ne comprends pas quand je dis que notre relation me tue, c’est parce que tu ne peux pas être à moi. Je vais tout arrêter.

Sanou : Et moi dans tout ça ?

Chachou : Je pense que là où tu es que tout va bien pour toi.

Sanou : Ah oui parfaitement, je te le jure.

Chachou : Je sais que tu te sens confortable. Mais, moi c’est impossible de rester.

Sanou : Je te parle, on s’écrit, on peut se voir, je t’aime à chaque seconde. Ce serait la première fois que deux personnes qui s’aiment ne peuvent pas être ensemble ? Non je ne crois pas.

Chachou : loin de là, tu ne veux pas me comprendre. Non ce n’est pas la première fois mais c’est difficile de parler avec une personne qu’on aime et qu’on peut pas avoir.

Sanou : Suis désolée, vas-y, fais ce qui t’apparait le mieux pour toi, rien que pour toi, laisse-moi si tu veux. Ta décision ne m’intéresse guère.

Chachou : Je pensais que l’amour que je porte en moi pour toi était fictif, pourtant… Ravi d’avoir fait ta connaissance et de m’avoir donné la chance de te connaitre.

Sanou : C’est ça la meilleure des décisions ? Si tu restes on pourrait être de vrais amis, en plus j’ai besoin de toi.

Chachou : Oui, ma meilleure.

Sanou : Donc tu ne penses qu’à toi.

Chachou : Tu m’avais dit de prendre une décision qui est bonne pour moi, rien qu’à moi, donc je l’ai prise. Tu ne comprends pas.

Sanou : Ok je vais essayer de comprendre, si tu me réponds cette question. Tu veux être mon ami ? Dis-moi seulement oui ou non.

Chachou : Je vais te répondre, comment je peux être ton ami en même temps que je t’aime ?

Sanou : Ce n’est pas ça la question et ensuite tu me poses une question.

Chachou : Tu as ta réponse.

Sanou : Stp oui ou non.

Chachou : Non.

Sanou : Aw je vois.

Après avoir discuté, on a passé quelques heures de silence et elle est revenue.

Sanou : Chachou tu me manques énormément, j’en souffre.

Chachou : Vraiment ?

Sanou : Benh oui, Tu n’y crois pas ?

Chachou : Non tu me disais tout à l’heure que tu étais confortable là où tu es.

Sanou : Je vois, Ce n’était pas sérieux, pourtant j’ai pensé que c’était évident que ça n’allait pas.

Chachou : Je sais.

Sanou : Chachou… j’ai besoin de toi, tu peux comprendre ça, au moins on pourrait être amis.

Chachou : Je ne peux pas.

Sanou : Tu ne comprends rien toi. Pourtant avant tu me disais que tu serais toujours là et ça ne m’étonne pas que tu ne veuilles pas rester en contact avec moi puisque tu ne sais pas tenir tes promesses.

Chachou : Je tiens toujours mes promesses. Ce n’est pas ça, je suis toujours là. C’est toi qui n’as rien compris, je t’avais dit : ne tourne pas une page qui a tant de choses à lire.

Sanou : Drôle de façon d’être là. Je n’ai pas tourné la page, elle s’est retournée toute seule, tu ne comprends pas.

Chachou : Toute seule, je ne crois pas. Si tu veux me voir de la façon dont tu prétends vouloir, tu sais quoi faire.

Sanou : Tu crois que tout d’un coup, parce que ça m’arrangeait et que j’ai décidé que tu ne pouvais pas faire partie de ma vie ? Pfff tu me manques, ta voix me manque… j’ai besoin de toi.

Chachou : Je sais que ce n’est pas de ta faute, mais pour être heureux, il faut le décider tout seul et je t’avais dit d’écouter ton cœur, pas les autres.

Sanou : Les autres je m’en fiche, mais je ne pouvais pas écouter mon cœur, et la raison dans toute cette histoire ?

Chachou : Si tu ne voulais pas écouter ton cœur, tu ne voulais pas être heureuse, tu préfères rester dans ton chagrin.

Sanou : Je n’aime pas mon copain comme je t’aime mais n’empêche que je l’aimais beaucoup et tout s’est arrêté quand tu es apparu. Je te jure que mon amitié vaut mieux, plus que ce que tu désires, il peut arriver un jour que je serais avec toi par obligation, habitude, respect que par amour.

Chachou : Je ne veux pas de ton amitié, est-ce qu’on peut donner à une personne qui a soif de la nourriture ? Je t’aime trop pour te voir dans les bras d’un autre.

Sanou : Stp j’aime la franchise mais pas si brusque, tu vas un peu trop fort.

Chachou : Je suis comme ça quand je veux quelque chose.

Sanou : Ok je comprends, je n’attends rien de la vie et de toi non plus.

Chachou : Je ne pensais pas que tu attendais quelque chose de moi non plus.

Sanou : Laisse tomber cette idée d'être mon ami. Ce n’est pas important, je peux vivre sans toi. Tu n'es pas indispensable comme je le suis pas. Je n’ai pas besoin de toi pour respirer, j'ai ma vie. J'étais plus contente quand tu n’étais pas là ok, la meilleure chose qu'il te reste à faire, c’est de disparaître. Je n’ai pas besoin de toi

Chachou : Je sais que tu peux vivre sans moi, que je ne suis pas indispensable, qui suis-je ? T’étais plus heureuse quand je n’étais pas là, waw. Je sais que tu n'as pas besoin de moi.

Sanou : Tu n’en vaux pas la peine, J'ai mieux à faire que rester dans un coin et souffrir, ne m'écris plus, parle plus de moi à personne. Fais comme si je n’existais pas. Si tu savais à quel point je suis énervée, non sérieux tu m'énerves. Fais ce que tu veux.

Chachou : Si c’est ta décision pour que tu sois heureuse je te facilite la tâche.

Sanou : Merci tu es tellement gentil...mais si stupide...

Chachou : Comment ?

Sanou : Rien.

Je lui ai donné un dernier appel et après notre conversation au téléphone elle m’a laissé ça.

Sanou : Si tu ne changes pas d’idée, ne m’appelle plus, ne m’écris plus. Je peux vivre sans toi, je n’ai pas besoin de toi, rends toi invisible. Je ne veux pas entendre parler de toi, je veux être libre, me sentir libre. Tu me manques, je suis tellement triste en ce moment, tu ne peux pas comprendre, j'en souffre. Si tu ne veux pas être mon ami, je ne veux pas de ta présence et je ne veux pas savoir si tu es vivant ou pas. Donne-moi du temps pour que je puisse guérir. Fiche-moi la paix, tu comprends ce que ces mots veulent dire. Laisse-moi respirer, laisse-moi vivre.

Chachou : Ok je comprends.

Sanou : Si je t'ai fait du mal, désolée si je n’ai pas comblé tes attentes. Désolée si tout s'est terminé ainsi, suis tellement désolée... Mais stp laisse-moi

Chachou : Mais, pas aussi brutal.

Sanou : Brutal ? Si ce que je ressens est brutal.

Chachou : Je ne veux pas te faire de mal, donc je te laisse partir.

Sanou : Moi je te laisse partir aussi.

 

Voilà toutes l’histoire entre elle et moi. Une histoire que j’ai prise tous mon temps à écrire, des jours et des nuits. Pour vous tous dirent c’était un bon moment pour moi de me divertir en relisant tous ces texto. Elle avait réussi à me bouleversé mais, pas au points d’arrivé à briser mon petit cœur. En lui analysant, j’ai pu remarquer qu’elle avait le profil de la fille qui sera la femme de ma vie mais… Malgré j’avais déjà connu ses désirs, les choses qui fait battre son petit cœur. Après avoir aussi bien connecté, elle avait décidé de me liquidé. Elle avait entrée dans ma vie et dans mon cœur elle a mis Game over. Même si on n’est pas ensemble, elle compte beaucoup pour moi. Je veux voir son bonheur et le sentir même de loin que je puisse me trouver. Rien ne me fera plus plaisir de savoir qu’elle est heureuse, combler et que sa vie soit une réussite. Je ne suis pas habitué à faire des adieux mais, il le fallait que je la laisse partir. Je pourrais lui dire que je l’aime encore, mais je n’en ai pas l’habitude.  Voilà notre petit monde s’est effondre et qu’on ne pouvait rien faire, puisque c’était destiné, on est victime du temps qui devrait définir nos rêves mal fini.

 

Je sais que je dois l’oublier, je te jure que j’essaye.

 

 

 

 

J’attends vos commentaires, je vous aime.

A propos de l'auteur

Plus d'information

: 2699 Vues

Partager
S'abonner à Gamestart

Maintenant, vous pouvez vous abonner à GAMESTART et recevoir les publications par whatsapp, à partir de votre numéro de téléphone..

×

Easy Plus

" Nous disposons tout notre savoir-faire, pour vous attribuer des services agréables et de bonnes qualités, répondant à vos besoins et à vos attentes. "